fr / eng
Portraits

Le portrait est le genre de commande privilégié par les institutions et les journaux. La contrainte principale est de montrer le visage de la personne photographiée et son environnement. Comment détourner ce caractère officiel ? Ce qui m’intéresse dans cette procédure est le rapport entre la personne photographiée et son environnement, et le rapport de cette même personne avec moi.

La prise de vue se passe en cinq temps :

La rencontre pour comprendre la personne photographiée afin d’établir une confiance mutuelle et pour estimer les limites de sa patience et de ses envies.

Le choix d’un lieu qui réprésente le contexte de vie de la personne et qui a un intérêt visuel pour moi.

Le point de vue, c’est-à-dire mon positionnement par rapport au lieu et sa transformation par l’éclairage.

Le positionnement de la personne dans le lieu, donc l’articulation entre les deux.

Enfin, il reste l’essentiel, c’est-à-dire le rapport entre la personne et moi lors de la prise de vue. Ceci est la partie la plus difficile, car elle n’est pas tangible. Il s’agit de créer un moment intime, même si il y a des personnes autour, et de capturer l’essence de la personne - son âme.

Le résultat est une image d’une réalité telle que je la vois, ou plutôt, d’une réalité telle que je l’interprète. Le choix du titre évoque à la fois une reproduction trait pour trait de la réalité et une forte influence du dessin et de la peinture dans ma construction de l’image - puisque mon regard s’est construit à travers l’observation des œuvres d’art. A l’origine du mot portrait : pourtrait était le participe passé du verbe portraire qui voulait dire dessiner.

fermer informations

Olivier Rubbers pour Le Monde 2